Monkey tie Coaching - Arnold Werry

Proposé par

En public, ce sont souvent les impatients qui attirent toute notre attention, pourtant, la patience est essentielle dans la vie quotidienne, et elle est peut-être même la clé d’une vie heureuse. Des études récentes ont montré que, pour sûr, de bonnes choses adviennent à ceux qui savent être patients. Certains de ces avantages sont décrits ci-dessous, ainsi que trois façons de cultiver la patience au quotidien.

1. Les gens patients bénéficient d’une meilleure santé mentale

Selon une étude réalisée en 2007, les gens patients sont moins sujets à la dépression et aux émotions négatives. Ils s’estiment aussi plus attentifs et ressentent plus de gratitude, plus de connexion avec l’humanité et l’univers, et un sentiment d’abondance plus fort.

En 2012, Sarah A. Schnitker a cherché à affiner notre compréhension de la patience, reconnaissant qu’elle se manifeste de façons très variées et différentes. L’une d’elles est la patience interpersonnelle, qui implique tout simplement de se comporter avec sérénité face à des gens contrariants. Dans une étude, elle a constaté que les étudiants qui sont plus patients envers les autres ont également tendance à être plus optimistes et plus satisfaits de leur vie.

Un autre type de patience consiste à faire face aux difficultés de la vie sans frustration ni désespoir, comme par exemple la personne au chômage qui persévère à envoyer des candidatures jusqu’à ce que ça marche. Sans surprise, dans l’étude de Sarah A. Schnitker, ce type de patience courageuse était lié à plus d’espoir.

Enfin, faire preuve de patience à propos des tracas du quotidien semble aller de pair avec une bonne santé mentale. En particulier, les personnes qui ont ce type de patience sont plus satisfaites de leur vie et moins déprimés.

2. Les gens patients sont de meilleurs amis et voisins

Dans les relations avec les autres, la patience devient une forme de bienveillance. En effet, les recherches suggèrent que les personnes patientes ont tendance à être plus coopératives, plus empathiques, plus équitables et plus tolérantes. « La patience implique de supporter avec empathie une part d’inconfort personnel afin d’alléger la souffrance de ceux qui nous entourent », comme l’écrivent Debra R. Comer et Leslie E. Sekerka dans leur étude 2014.

Ce genre d’altruisme se retrouve chez les personnes faisant preuve des trois types de patience mentionnés ci-dessus, et pas seulement la patience interpersonnelle. Dans l’étude de Sarah A. Schnitker de 2012, ces trois types ont été associés à une plus grande « amabilité, » un trait de personnalité caractérisé par la chaleur, la gentillesse et la coopération. « La patience peut permettre aux individus de tolérer des défauts des autres, affichant ainsi plus la générosité, de compassion, de miséricorde et de pardon », écrivent Schnitker et Emmons dans leur étude de 2007.

Au niveau du groupe, les théoriciens évolutionnistes pensent que la patience a aidé nos ancêtres à survivre, car elle leur a permis de faire de bonnes actions et d’attendre qu’on leur rende la pareille, au lieu d’exiger une compensation immédiate. Dans la même veine, la patience est liée à la confiance dans les personnes et les institutions qui nous entourent.

3. La patience nous aide à atteindre nos objectifs

En 2012, Sarah A. Schnitker a également étudié comment la patience aide les élèves progresser. Dans cinq études menées au cours d’un semestre universitaire, les gens patients ont déclaré faire plus d’efforts pour atteindre leurs objectifs que les autres. Ceux qui font preuve de patience interpersonnelle, en particulier ont fait plus de progrès vers leurs objectifs et étaient plus satisfaits de les atteindre (en particulier si ces objectifs étaient difficiles) par rapport aux personnes moins patientes.

4. La patience est associée à une bonne santé

Dans leur étude de 2007, Schnitker et Emmons ont constaté que les gens patients étaient moins susceptibles de manifester des problèmes de santé tels que maux de tête, acné, ulcères, diarrhée et pneumonie. D’autres études ont montré que les personnes qui présentent de l’impatience et de l’irritabilité ont tendance à avoir plus de problèmes de santé et un plus mauvais sommeil. Si la patience peut réduire notre stress au quotidien, il est raisonnable de supposer que cultiver la patience pourrait aussi nous protéger contre les effets néfastes du stress sur la santé.

Trois façons de cultiver la patience

Il existe des moyens simples de cultiver la patience au jour le jour. Voici quelques stratégies suggérées par les recherches récentes sur la patience.

  • Recadrer la situation

Se sentir impatient implique des pensées et des croyances conscientes. Si un collègue est en retard à une réunion, vous pouvez fulminer sur son manque de respect, ou considérer ces 15 minutes supplémentaires comme une opportunité pour lire ce document que vous n’aviez pas eu le temps de lire. La patience est liée à la maîtrise de soi, et essayer de réguler consciemment nos émotions peut nous aider à renforcer notre capacité au self-contrôle.

  • Pratiquer la méditation de pleine conscience

Les enfants qui ont suivi un programme de pleine conscience de six mois à l’école sont moins impulsifs et plus disposés à attendre une récompense. Christine Carter du GGSC recommande également la pratique de la pleine conscience pour les parents : prendre une profonde inspiration et considérer vos sentiments de colère ou de vous sentir dépassé peut vous aider à répondre avec plus de patience.

  • Pratiquer la gratitude

Les adultes qui se sentent reconnaissants sont davantage capables de patiemment différer une récompense. Si nous sommes reconnaissants pour ce que nous avons, nous ne cherchons pas désespérément à obtenir immédiatement davantage ou de meilleures conditions.

Nous pouvons toujours essayer de nous protéger des frustrations et de l’adversité, mais elles font partie de notre condition d’être humain. Cultiver la patience dans des situations de tous les jours non seulement nous rendra la vie plus agréable, mais pourrait aussi aider à ouvrir la voie à un avenir plus satisfaisant.

Cet article est librement inspiré d’un article original en anglais disponible ici.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager ! 😉

N’oubliez pas Monkey tie organise son tout premier salon du coaching

pour le développement professionnel, toutes les informations en cliquant ici !