photonoiretblanc

ATTITUDE SAINE – Adopter une attitude saine, c’est répondre avec  bonheur aux évènements négatifs de la vie. Cette attitude semble plus facile à adopter chez certaines personnes que chez d’autres. Nous observons des personnes qui semblent ne pas être affectées par des circonstances inhabituelles, par des situations difficiles. Quel est donc le moyen, le secret pour leur ressembler ?

 

Assumer ses émotions

 

Au cours d’une vie, il n’est pas rare de connaître des bouleversements conséquents, un licenciement, une séparation, la perte d’un proche. Et même si à ce moment-là il est tout à fait légitime d’éprouver des sentiments négatifs, de la tristesse, de la colère, il est moins compréhensible de se replier sur soi sur le long terme.

Dans certains cas, vous n’êtes pas responsables du malheur qui se produit. Dans d’autres cas, vous n’avez pas su ou pu faire autrement. Avant de vous rendre coupable, essayez d’évaluer la situation, de déterminer si vous avez une responsabilité légitime.

A savoir que votre plus grande responsabilité concerne vos émotions et vos comportements. Vous êtes responsables de vous laisser envahir par la colère par exemple. Il est judicieux et préférable de reconnaître vos émotions face à des évènements négatifs. Pourquoi ?

Pour trouver des solutions à vos problèmes, pour faire face aux contraintes qui se présentent et pour évacuer petit à petit ce sentiment d’inconfort.

Assumer ses émotions est valable également dans une situation plus heureuse. Vous pouvez par exemple apprécier votre bonheur sans culpabiliser face au collègue de travail qui n’a pas un poste équivalent au vôtre.

Eviter ou minimiser les « je dois », « il faut »

 

Devoir et falloir expriment l’obligation et non l’envie. Ces verbes renvoient à « l’enfant qui doit faire ses devoirs », « il faut que je me mette au sport » et bien d’autres phrases encore.

Si vous utilisez ces verbes régulièrement, c’est peut-être que vous vivez les situations comme une contrainte, chaque jour « il faut que je prépare à manger ! », « chaque jour, il faut se lever ». Essayez de chercher, d’écouter ce qui se cache derrière cette notion d’obligation.

Avez-vous quelque chose à changer dans votre quotidien ? Qu’est-ce qui vous pèse réellement ? Comment pourriez-vous changer ?

 

Accepter l’injustice

 

Si vous ressemblez à Calimero, ce charmant poussin malchanceux, il est temps de chercher un équilibre. Vous pouvez choisir de vous lamenter et de gâcher votre temps et celui de vos proches ou d’accepter quelques petites injustices. Pour cela, je vous invite à regarder autour de vous et de prendre conscience que parfois la vie est injuste certes, mais avec tout le monde. Vous n’êtes évidemment pas la seule personne qui retrouve sa voiture sur le parking avec une belle rayure, qui choisit la caisse du supermarché qui n’avance pas.

Si vous acceptez ces petites injustices, cela signifie que vous pouvez accepter que la vie soit de temps en temps incertaine et présente des épreuves plus ou moins difficiles.

 

Accepter que les autres aient une mauvaise opinion de vous

 

Il est préférable d’être apprécié plutôt que rejeté. Recevoir un compliment procure en effet un réel plaisir mais vous ne pouvez pas faire l’unanimité. Si vous ressentez le besoin que ceux que vous rencontrez aient une bonne opinion de vous, vous devez être souvent insatisfaits et peu sûrs de vous. Il y aura évidemment les gens qui vous apprécieront réellement et qui vous le montreront, puis il y aura les hypocrites qui vous diront de belles phrases sans le penser, puis vous aurez les autres …

Ne cherchez pas à plaire à tout le monde, laissez faire les critiques. De toute façon, vous ne pouvez pas gérer les dires des autres. Concentrez-vous plutôt sur votre propre opinion. Laissez de côté ces personnes qui ont une mauvaise opinion de vous, ce n’est pas la fin du monde et cela ne signifie aucunement que vous êtes un bon à rien. Ecoutez davantage les échos positifs.

 

Admettre l’incertitude

 

L’incertitude fait partie de la vie. Vous entreprenez un projet, vous ne connaissez pas la suite jusqu’au jour J où le projet est terminé. Vouloir des garanties, vouloir réduire l’incertitude est un moyen qui vous conduira vers l’inquiétude et au pire vers la crainte voir l’incapacité d’agir.

Chaque individu a besoin de sécurité certes, mais l’incertitude reste toujours plus ou moins présente. La certitude absolue existe rarement.

Le fait de l’admettre permet de prendre quelques risques (calculés peut-être). Se rassurer et prendre des précautions est toutefois compréhensif et légitime.

 

Isabelle Seignovert

http://www.petitpaume.com/

 

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le partager