Lorsque l’on veut trouver sa voie professionnelle, il est important de ne se fermer aucune porte : nombreux sont ceux qui, par peur ou manque de confiance en soi, n’ont pas su se lancer dans ce qu’ils auraient vraiment aimé et regrettent les choix d’orientation qu’ils ont fait aujourd’hui, à commencer par leur job. Qu’est ce qui empêche alors de croire en soi ? Dans cette première leçon, il s’agit de vous présenter plusieurs personnalités qui malgré la peur, le manque de confiance ou les échecs, ont osé, cru en eux et ont entrepris les projets qui leur tenaient vraiment à cœur.

Croire en soi

De nombreuses success stories américaines montrent à quel point il est important de croire en soi et de persévérer face aux revers de la vie et aux échecs, pour finalement réussir : l’histoire notamment de Thomas Edison, qui comptabilisa plus de 10 000 échecs avant de concevoir la lampe électrique qu’il avait imaginée et de devenir fondateur de la General Electric ; d’ Harland David Sanders, aka Colonel Sanders, qui essuya plus de 1000 refus avant qu’un restaurateur finisse par accepter de servir sa célèbre recette de poulet frit et de fonder l’enseigne alimentaire à succès KFC ; de Stephen King qui enchaîna plus de 30 rejets de maisons d’édition avec son roman « Carrie »  avant qu’il ne devienne un chef-d’œuvre emblématique qui marqua le début de sa carrière d’auteur à succès ; d’ Henry Ford qui connut à cinq reprises l’échec de ses entreprises avant de finalement rencontrer le succès avec Ford Motor Company ; ou encore de James Dyson qui dut réaliser 5126 prototypes et y passer toutes ses économies pendant 15 ans avant que le 5127ème prototype ne marcha et que les aspirateurs Dyson ne deviennent la marque d’aspirateur sans sac la plus vendue aux Etats-Unis.

Selon Tal Ben-Shahar, professeur de Psychologie à Harvard, l’échec fait partie intégrante du processus d’apprentissage. Il faut selon lui « apprendre à échouer ou échouer à apprendre ».

La foi des individus en leur réussite se mesure souvent par leur degré de résilience, que l’on peut définir comme la capacité à résister face à l’adversité. En prenant le risque d’échouer, vous renforcerez votre confiance en vous car vous vous auto-convaincrez que vous avez les moyens de réussir. En sortant progressivement de votre zone de confort et en relevant des défis de plus en plus ambitieux, vous développerez ainsi votre persévérance pour atteindre vos objectifs. D’ailleurs, la connotation péjorative que l’on retrouve derrière la notion de « prendre un risque » en français en revêt une toute autre chez les anglo-saxons qui préfèrent take a chance, littéralement « prendre sa chance ».

Alors « Prenez votre chance », lancez-vous et faites ce qui vous plait ! 😉

« Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement. »  Martin Luther King

A suivre –> Leçon n°2 : avoir sa propre définition de la réussite 

Extrait du livre « DÉCLIC 10 étapes pour prendre son avenir en main » écrit par Morgan Baivier de Fortis et disponible sur le site www.amazon.fr