Avoir de la chance ? Voilà une question qui mérite notre attention ! Parce que la chance fait partie des saints graal que chacun espère, implore, voire même jalouse chez d’autres.

Avoir de la chance : bonne nouvelle nous avons tous de la chance ! Si, si, comme des abdos…

Mais à l’instar de ce qui se cache parfois (souvent ?) derrière un petit bidon, la chance est pour beaucoup un trésor caché qui ne demande qu’à être révélée. Une richesse sous-exploitée qui attend d’être fructifiée. D’ailleurs, n’est-elle pas surnommée « bonne fortune » ?

Et d’abord qu’est-ce que la chance ? Un hasard heureux qui se produit ou même se renouvelle, nous explique le Dictionnaire de l’académie française (1986). C’est sur ce « hasard heureux » que se sont penchés nombre de chercheurs. Donnant ainsi une légitimité presque scientifique au sujet qui nous intéresse.

Certains l’ont même répertoriée. Comme James H. Austin, neurologue universitaire américain, qui l’a classée en 4 types allant de l’évènement inopiné au résultat d’une action préméditée. Ainsi, que je gagne le gros lot en étant le millionième client du magasin ou en ayant rempli et déposé un bulletin dans une urne, je reste chanceux(se) mais je n’ai pas joué dans la même cour. Bah avoir de la chance quand même et c’est ce qui compte, non ?

Pour Philippe Gabilliet, conférencier et professeur de psychologie et de management à ESCP Europe, au CNAM, à HEC Genève et ESA Beyrouth, la chance est « une compétence ». Une compétence qui se travaille ! […] ». Et il rejoint là Richard Wiseman, psychologue universitaire britannique, membre du Commital for Skeptical Inquiry, qui a mené de nombreuses études visant à démystifier l’aspect paranormal de la chance. Il a étudié sur plus de 8 années des centaines d’individus chanceux et malchanceux et a établi quatre dimensions de la chance. Dimensions que Philippe Gabilliet présente comme «les quatre secrets des chanceux : connexions, disponibilité intérieure, intentions, recyclage positif […] ».

Et voyez que vous avez de la chance et vous êtes des chanceux, je vous les décrypte là :

Tirez le maximum des occasions fortuites

Élargissez votre réseau, rappelez vos vieux amis, gardez le contact. C’est peut-être ce bon vieux Fred qui vous fera rencontrer la future femme de votre vie en vous présentant sa jolie cousine. Ou c’est ce collègue d’un autre service que vous croisez à la cantine et qui, au détour d’une conversation, vous glissera qu’il cherche à vendre la voiture qui correspond exactement à ce que vous cherchiez.

Soyez ouvert à de nouvelles expériences. Il n’y a plus votre habituelle baguette bien cuite à la boulangerie ? C’est peut-être l’occasion de tester le pain au maïs et de vous rendre compte que vos ballonnements diminuent alors que vous ne soupçonniez même pas votre intolérance au gluten.

Ayez une attitude détendue à l’égard de la vie. Ce jour de votre chaleur, si vous concentrez toute votre attention sur le savant calcul de la file d’attente la plus rapide au supermarché, vous ne remarquerez même pas que celle du bout a un tout autre atout : Les gens n’avancent pas plus vite mais ils ont l’air bien plus serein avec le courant d’air frais de la porte restée ouverte !

Écoutez votre intuition

Soyez à l’écoute de votre ressenti. Combien de fois on vous a répété de vous fier à votre intuition ? Et combien de fois vous êtes-vous dit « j’aurais dû me fier à ma première impression » ? Ne croyez-vous pas qu’il serait temps d’y prêter attention ?

Développez votre petite voix intérieure. Pour ma part, quand j’ai le sentiment intérieur que quelque chose cloche, plutôt que de balayer le ressenti ou de culpabiliser d’un jugement défavorable non justifié comme je pouvais le faire autrefois, je me pose un instant. Si le ressenti persiste, alors j’en tiens compte.

S’attendre à la bonne fortune

Attendez-vous au meilleur. Vous convoitez, louchez depuis quelques temps sur un poste qui vous plait ? Si vous vous dites que vous avez toutes les chances de l’obtenir, si vous anticipez l’entretien qui devrait bien se passer, si vous vous voyez déjà épanoui dans ce nouveau job, alors vous allez vous lancer pour poser votre candidature. Et, poser votre candidature, c’est le premier pas vers l’obtention du poste !

Lancez-vous et persévérez même si la réussite n’est pas immédiate. Et oui ! Imaginez que vous aillez renoncé la première fois que vous êtes tombé de vélo. Imaginez un bébé qui tombe après son premier pas et qui n’essaye pas à nouveau sous prétexte qu’il vient de vérifier qu’il ne sait pas marcher. Si vous saviez le nombre de fois où j’ai perdu une boucle d’oreille dans la rue ou dans la cour. À chaque fois je retourne sur mes pas, je cherche, je regarde si elle n’a pas roulé plus loin, je sais que je vais la retrouver et très souvent je la retrouve !

Attendez-vous à ce que les échanges soient positifs et fructueux. Votre attitude sera le reflet de votre état d’esprit et votre ouverture rendra les gens plus coopératifs. Imaginez que vous vous rendiez à une soirée. Vous n’étiez pas emballé(e) par l’invitation mais vous pouviez difficilement dire non. Sur le chemin, vous ruminez. Vous vous dites même que les autres invités seront peu enclins à vous parler et d’ailleurs vous n’avez rien à leur dire. Plus vous avanciez et plus vous êtes persuadé(e) de passer une mauvaise soirée. En arrivant, votre visage et votre attitude reflèteront vos pensées sombres. Du coup, les invités penseront que vous êtes fatigué(e) et préfèreront ne pas vous déranger, d’autres imagineront que vous êtes de mauvaise humeur et préfèreront vous laisser tranquille, bref vous resterez effectivement seul(e). C’est ce qui s’appelle la prophétie auto-accomplissante. A l’inverse, essayez d’échanger quelques mots aimables avec un guichetier renfrogné, vous verrez, c’est fou comme nous pouvons influencer nos rapports humains.

Transformer les événements malheureux

Voyez le verre à moitié plein. La jolie robe que vous venez de trouver n’est pas en solde, mais vous allez faire tourner des têtes quand vous la porterez ! La maison que vous avez loué pour l’été n’est pas aussi proche du lac que vous le pensiez ? Chouette, vous aurez moins de moustiques.

Soyez confiant que les évènements malheureux tourneront en votre faveur. Regardez autour de vous, les personnes qui s’épanouissent dans un nouveau job suite à un licenciement ou celles qui ont trouvé l’âme sœur après avoir subi une rupture. Sans parler de ceux qui, lors d’un redoublement, ont croisé le chemin de leur meilleur ami pour la vie. Les exemples de rebondissements heureux sont nombreux pour peu que l’on prenne le temps d’y réfléchir. Donc avoir de la chance n’est pas réservé à une élite de la population.

Ne vous attardez pas sur le négatif, tournez la page. Nous le savons, le passé est derrière et ne peut être modifié. Alors décider d’avancer est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire face à une situation qui nous ronge.

Faites ce qu’il faut pour ne plus avoir de malchance et avoir de la chance. Il m’est arrivé plusieurs fois que le film que je voulais voir soit complet. Maintenant, j’arrive plus tôt à la séance. Cela peut paraître évident, pourtant rappelons-nous qu’il y a beaucoup de façon d’éviter de se mettre en situation d’échec : partir suffisamment tôt, ne pas dépasser les délais, respecter les règles, etc.

Ainsi la vraie question derrière « Ai-je de la chance ? » est celle du potentiel : Quel est mon potentiel ? Et comment le développer ? Parce qu’à mon tour j’ai un secret pour vous : agir comme un chanceux, c’est devenir un chanceux et avoir de la chance.

Alors et vous ? Pourquoi ne pas se lancer dans la chance maintenant ?

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager 😉