Isabelle De Jean

Proposé par

BURN OUT – Le sujet est vaste mais ce qui peut aider en premier lieu est de pouvoir s’appuyer sur quelques repères. Je me suis inspirée entre autres du guide d’aide à la prévention réalisé par l’ANACT, l’INRS et la DGT.

Qu’est ce que le burn out ?

«C’est un épuisement physique, émotionnel, et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations exigeantes sur le plan émotionnel».  Schaufeli et Greenglass

Le burn out n’est pas encore reconnu comme une maladie professionnelle.

Cependant il est entendu que le syndrôme de l’épuisement professionnel se manifeste de façon cumulative par :

  • Physiquement : troubles du sommeil, maux de tête, tensions musculaires (dos, nuque…), maux de tête, nausées, vertiges,

  • Emotionnellement : sentiment de perte de contrôle, peur mal définie, tensions nerveuses, irritabilité, hypersensibilité ou absence d’expression d’émotion.

  • En termes cognitif : diminution de la concentration, difficulté à prendre des décisions, à réaliser plusieurs tâches à la fois…

  • Au niveau comportemental ou interpersonnel : repli sur soi, isolement, ou agressivité, intolérance à la frustration…

  • Au niveau de la motivation : la personne peut avoir une baisse de motivation et de moral. Il peut avoir le sentiment d’être pris au piège et douter de ses compétences.

La personne est souvent entraînée dans cette spirale infernale (qui peut mener à la maladie : dépression ou maladie somatique), sans prendre conscience de son état.

C’est pourquoi une attention solidaire et commune des uns envers les autres me semblent un point important, pour apporter à temps une assistance à la personne.

La plupart du temps, la prise en charge nécessite du repos (par un arrêt de travail, ou des congés en cas d’anticipation), une reconstruction avec l’aide d’un professionnel (coach ou psychologue selon les cas), un accompagnement du projet professionnel. ( retour au travail , changement de poste ou reconversion).

Comment s’entraîner à la prévention du burn out ?

J’aurais envie de vous demander quelle est votre politique du plaisir ?

  • Les heureuses habitudes (dans le sens de ce qui est bon pour soi)
  • Se « connecter » à soi, (ça s’apprend !): sentir son corps, ses émotions, identifier ses pensées et les « ranger », méditer…
  • Equilibrer sa vie professionnelle, et sa vie personnelle
  • Rompre l’isolement : apprendre à déléguer, à demander de l’aide, faire confiance à l’autre.
  • S’autoriser à être soi, reconnaître ses valeurs et agir en accord avec elles.
  • Apprendre à dire non, à poser ses limites
  • S’autoriser à être dans le plaisir, à aller vers ce qui nous réjouit, ce qui nous donne de l’énergie.
  • Accueillir ses émotions et les exprimer.

Les émotions c’est ce qui nous rend vivant, les taire c’est tuer ce qui est vivant en nous, et cela peut mener à la maladie.

Quelques exemples d’accompagnement

  • M, 28 ans, vient me voir après un burn out et un temps de repos. Dit qu’il s’est perdu dans la start up qu’il a vu et fait grandir. A connu les excès, dans les horaires, dans les addictions (alcool, drogue), ne sortait qu’avec le groupe du travail, n’avait plus de vie privée.

Un matin, il n’a pas réussi à se lever pour aller travailler. A été en arrêt maladie pendant plusieurs mois, s’est reposé.

Il est venu me voir pour construire son projet professionnel et apprendre à gérer son temps (il n’avait plus l’habitude d’avoir du temps libre). Il avait aussi besoin d’être aidé pour se positionner devant les sollicitations de l’entourage souhaitant le revoir travailler rapidement.

De nouvelles valeurs ont émergé au fil du temps, il a décidé de monter son entreprise et confectionner des meubles en bois.

  • L, 45 ans, formatrice explique qu’elle a été prise dans le tourbillon des sollicitations. Acceptait tout. Elle n’existait plus qu’à travers son travail, elle avait occulté ses vraies valeurs. Un matin, elle n’a pas réussi à se lever, a pris conscience de ce qui lui arrivait. Elle a consulté et a été arrêtée 3 mois et a repris son travail en connaissant davantage ses limites et ses valeurs. Elle osait dire non.

Ces exemples pour signifier que le burn out peut être un tremplin vers une vie plus sereine, pour montrer qu’il est important de ne pas rester seul avec cette souffrance, et qu’il y a du courage et de l’intelligence chez ceux qui font cette démarche pour aller vers un renouveau et pouvoir se lever de bonheur.

« Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté un coup d’œil intelligent sur soi même » M Yourcenar, Mémoires d’Hadrien

NB : Je tiens à préciser que le même processus d’épuisement peut se retrouver dans la famille et dans le couple.

Isabelle Dejean est coach en développement professionnel et personnel et créatrice de la société Dolce Coaching. Elle accompagne les personnes désireuses de changement en coaching individuel. Spécialiste de la prévention du burn out, des transitions et du bonheur au travail.

Contact : dolcecoaching@gmail.com

Tel : 06 83 70 07 43