Coaching humaniste – A l’occasion du 30ème anniversaire de la mort de Carl Rogers, le 4 février 1987, c’est une sorte d’hommage que je rends à l’un des plus célèbres et influents psychanalystes et psychothérapeutes du XX° siècle.

Un coaching humaniste d’inspiration Carl Rogers …

L’Approche Centrée sur la Personne et non sur la difficulté à laquelle elle fait face, s’est développée à partir des travaux du Dr Carl Rogers, psychologue soucieux de la qualité des relations interpersonnelles.

L’ACP est d’abord une théorie du processus de changement. Initialement décrite comme non-directive, cette thérapie s’éloignait de l’idée que le thérapeute était l’expert pour se diriger vers une théorie qui faisait confiance à la tendance innée des êtres humains à trouver l’accomplissement de leurs potentiels personnels.

Bienveillance, respect, empathie et authenticité sont les mots-clés de l’Approche Centrée sur la Personne qui laisse la personne prendre en main, elle-même, son évolution.

 

« Les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d’un individu sont celles qu’il découvre par lui-même et qu’il s’approprie. », Carl Rogers

Les travaux de Carl Rogers ont inspiré nombre de psychologues, tels que Thomas Gordon [Méthode Gordon, approche Gagnant-Gagnant], Jacques Salomé [Méthode ESPERE® Energie Spécifique Pour une Ecologie Relationnelle Essentielle], Marshall Rosenberg [Communication Non Violente] etc…

Ses idées ont rapidement fait l’objet de transfert dans tous les domaines où les individus sont en relation ; par exemple, l’enseignement, les soins aux patients, le management, la médiation…

Et l’on peut surtout dire que les travaux de Carl Rogers dans les professions de la relation d’aide et de l’accompagnement sont essentiels.

C’est ainsi, qu’issu de cette approche humaniste, le coaching humaniste cherche à libérer le potentiel dont chaque individu est doté et à permettre ainsi aux personnes accompagnées de devenir ce qu’elles sont à même de devenir.

Quant aux coachs humanistes, ils possèdent d’excellentes aptitudes à l’écoute et à l’empathie. Ils sont généralement à l’aise avec la maïeutique, cet art du questionnement socratique, qui permet au client de découvrir les choses par lui-même.

Pratiquer l’écoute dans un entretien de coaching suppose une écoute active basée sur l’empathie, l’utilisation d’un questionnement centré sur la personne et ses ressentis, une attitude bienveillante, non jugeante et neutre, sans recherche de la compréhension de la problématique du client.

Toutes ces caractéristiques et bien d’autres encore se retrouvent dans les chartes de déontologie du coaching professionnel.

Sensible à cette approche, c’est aujourd’hui dans ce courant de coaching humaniste que j’inscris ma pratique, après m’être formée à la Méthode ESPERE® au Centre Reliance au Coaching individuel et d’équipe au Centre International du Coach, et avoir également suivi le programme Mindfulness à Terre de Pleine Conscience, cette pleine présence que je pratique au quotidien et qui m’est fort utile dans mes entretiens de coaching.

Vous avez des interrogations, vous souhaitez connaitre mes activités, n’hésitez pas à me contacter :

 

Catherine Favre-Moiron

Facilitatrice du changement

cfm.coach@laposte.net – 06 95 38 06 34

 

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas le partager 😉