Monkey tie Coaching - Léticia GRANGER

Proposé par

« Ce sont le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant. » Marshall B. Rosenberg

Nombre de conflits en entreprise sont liés à une mauvaise communication. D’une simple remarque, toute une organisation peut être remise en cause, un supérieur hiérarchique discrédité, un employé déboussolé …

Cet exercice de communication va vous permettre de mettre en place un mode de communication basé sur la transmission d’un message avec pour but une compréhension du message en évitant les mauvaises interprétations, le jugement ou l’excès d’émotion. Le but n’étant pas d’imposer un point de vue ou de juger l’autre mais bien de COMMUNIQUER, d’échanger sur ses besoins respectifs et de trouver une solution ensemble sur la base d’une proposition.

La communication bienveillante permet de retrouver et de développer le plaisir d’échanger, de coopérer. Elle est donc autant exploitable en milieu privé que dans son milieu professionnel…

Je précise que je ne présente pas ici l’intégralité de la pratique de Marshall Rosenberg sur la CNV (Communication non violente) et que cet article n’a donc pas pour vocation de vous former à la CNV. Il s’agit de vous interroger sur votre communication actuelle, de commencer peut être à oser une autre approche, et de continuer à vous découvrir au travail, comme dans votre domaine de vie privé. Pour en savoir plus sur l’origine et la théorie de la CNV, c’est par ici.

Les atouts de la communication bienveillante en entreprise :

  • Identifier nos freins à la communication, nos comportements agressifs ainsi que nos ressources qui permettent de désamorcer les conflits ;
  • Clarifier nos demandes, nos besoin, notre ressenti ;
  • Décoder les signes d’agressivité qui empêchent l’instauration du dialogue et de la reconnaissance de chacun.

Quelques principes pour une communication efficace :

Afin de communiquer efficacement dans le milieu professionnel et de rester positif dans sa façon d’appréhender les situations, voici quelques principes à respecter :

  • Savoir respecter les besoins de chacun ;
  • Tout le monde peut exprimer de la bienveillance de soi-même et pour autrui ;
  • Savoir écouter les besoins d’autrui, laisser de la place à l’expression des sentiments, opinions, besoins de l’autre ;
  • Savoir aussi s’exprimer sur ses propres besoins : les énoncer clairement et fermement, c’est ce que l’on appelle le comportement assertif.

Les étapes de la communication bienveillante

Inspiré du modèle de la Communication Non Violente de Marshall B. Rosenberg

1 -. Je fais part de mon observation sans jugement : « quand j’ai vu/entendu que tu ne me donnais pas de réponse concernant notre réunion importante de mardi… » ;

2 -. Je partage mon sentiment, je ne m’intéresse pas à l’interprétation des actes de l’autre : « je me suis senti déçu et inquiet » ;

3 -. J’exprime mon besoin – nos sentiments sont liés à nos besoins et pas aux situations ou à l’autre : « car ta contribution est essentielle au bon déroulement de cette réunion et que j’ai besoin d’être rassuré(e) par le respect des délais » ;

4 -. Je formule ma demande de façon positive : « je te propose de prendre un moment tous les deux pour en discuter ? »

Astuces pour mettre en place une communication bienveillante :

– remplacez dès que vous le pouvez le « pourquoi ? » par « en quoi ? »:

« Pourquoi tu n’as pas rendu ton rapport aujourd’hui ? »  –> « En quoi il a été difficile de rendre ton rapport aujourd’hui ? »

Avec le « en quoi ? », la notion de jugement disparaît et votre interlocuteur aura plutôt tendance à réfléchir réellement à la situation plutôt qu’à essayer de se défendre ou de se justifier en vous agressant peut être verbalement.

– Evitez les négations, le cerveau ne les comprend pas ! Pas convaincu(e) ? 
Petit test : Ne pensez pas à la couleur bleue…. Alors ? Vous avez compris ? Votre cerveau ne peut pas ne pas vous faire penser à la couleur bleue, vous la visualiser, c’est ainsi.

Alors, privilégiez les affirmations et questions positives, sans négation.

« Pense à la réunion » plutôt que « n’oublie pas la réunion » – « calme toi » plutôt que « ne t’énerve pas » …

Bien sûr ces astuces ne garantissent pas une communication parfaite. Mais à force de pratique, vous pourrez rapidement observer des changements dans votre comportement et celui de votre équipe, collaborateur, employé … Et rien ne sert de se culpabiliser quand on n’applique pas les principes de la CNV. Faire de son mieux est essentiel et implique de ne pas en faire plus que l’on ne peutC’est à vous qu’il appartient de l’exploiter ou non.