Pascale Kaced

Proposé par

Développer notre estime de soi demande du temps et du travail. Et oui, car l’estime de soi, ça s’entretient ! Comment ? Et bien avec plusieurs types de carburant que je vais évoquer avec vous. Tout d’abord, il nécessite de multiplier toutes les sources qui vont provoquer chez vous un sentiment d’auto-satisfaction. Que ce soit un sport que vous aimez, une activité artistique ou associative, culinaire, en bref tout ce qui développe chez vous un sentiment de plaisir. D’où l’importance d’avoir pris le temps d’apprendre à se connaître comme nous l’avons évoqué au début dans l’article précédent.

Arrêtez de vous blâmer et avancez ! 

Apprenez à ne plus vous blâmez notamment lorsque vous ne réussissez pas quelque chose, l’échec ne doit pas remettre en question votre valeur personnelle ! Combien de fois vous vous êtes entendu dire “J’ai failli, je suis nulle”. Et bien à partir d’aujourd’hui, apprenez à différencier ce que vous faites de ce que vous êtes ! Vous deviendrez alors et dans toutes circonstances, un être aimable qui a eu, effectivement, un comportement qui n’a pas été couronné d’un succès. Grâce à ce type d’attitude, vous développerez davantage d’émotions positives qui vous aideront à tirer le meilleur parti de vos erreurs et apprendre ainsi à ne plus les reproduire.

Afin de développer notre estime de soi, arrêtons de généraliser ! “Avoir raté un entretien, un rendez-vous ou encore un examen” ne signifie pas que vous ne réussirez jamais plus ! L’erreur de raisonnement que beaucoup d’entre nous faisons comme l’a démontré le travail du psychiatre américain Aaron Beck sur les biais de raisonnement, c’est que nous avons une forte tendance à tirer des conclusions négatives à partir d’une situation malheureuse isolée. Reportez vous au paragraphe sur le critique intérieur pour remodeler ce type de pensée.

Développer notre estime de soi : Relativisez !

Enfin et pour finir, apprenez à diminuer votre niveau d’exigence envers vous même et à apprécier les efforts que vous consentez à faire quotidiennement. Autrement dit la notion de “petit pas”. A la fin de chaque journée, prenez le temps de relever le nombre d’actions que vous avez réalisé mais aussi celle que vous avez mises en place dans le but d’atteindre vos objectifs. Le perfectionnisme vous expose à ne jamais être satisfait de ce que vous faites et vous conditionne à vouloir toujours faire mieux. Cela peut devenir à la longue une source profonde de démotivation. Comme l’a démontré le psychologue américain William James, c’est en diminuant notre niveau d’exigence envers nous même que nous pouvons développer notre estime de soi en appréciant nos réussites à leur juste valeur.

Ecrit par Pascale Kaced, coach professionnel, diplomée d’un Master 2 en Exécutive Coaching.

Retrouvez la première partie de l’article ici

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager 😉