Et si je vous dis que la vie fonctionne du jour au lendemain, qu’en pensez-vous? En tout cas, c’est ce que j’ai pu observer au fil des années, et pour illustration, voici un des exemples les plus inattendus que j’ai vécus.

Ça prend du temps, oui mais combien ?!

Entre Juin et Décembre 2016, il m’a semblé que le monde entier était plongé dans un épais brouillard. Tout me semblait différent, comme incompréhensible. Imaginez vraiment comme un brouillard tellement épais que vous ne voyez pas même à 3 mètres devant vous. Et vous vous sentez baigner dans cette ambiance comme du coton, à la fois doux et moelleux, mais aussi étouffant et sans vie, sans avenir, sans envie ni espoir, sans rêve et sans âme… Est-ce que le monde était réellement plongé dans le brouillard ? Je ne sais pas, mais de mon point de vue, c’était vraiment inconfortable ! Je me sentais complètement perdue, comme si mes antennes étaient brouillées, comme si j’essayais de téléphoner alors que mon téléphone portable ne captait plus du tout… Même si je ne suis pas la personne la plus « socialement connectée » que je connaisse, c’était quand même assez dur à vivre de me sentir enfermée dans des perceptions limitées et limitantes, comme si la vie avait perdu tout son sens… Et comment pouvais-je interagir proprement avec les gens en étant dans cet état? Je me sentais vraiment en difficulté, et chaque fois que j’essayais de m’expliquer, c’était pire !

J’ai eu la chance immense pendant cette période d’être entourée de quelques personnes très compréhensives, qui ont su me donner énormément d’amour même si je n’étais moi-même pas capable de leur en offrir autant que je l’aurais souhaité. Et malgré mes réactions parfois étranges ou agacées par ce brouillard qui m’empêchait d’avoir les idées claires, ils ont su m’entourer et m’éclairer. Et même si je ne le percevais pas forcément ainsi, je suis consciente de la bienveillance de leurs intentions et je leur en suis reconnaissante. C’est ainsi que j’ai navigué, comme j’ai pu, dans ces eaux turbulentes, agitées, sombres et chaotiques pendant des mois.

Se trouver des excuses, oui… mais non.

Certains diront que c’est normal, étant donné que j’ai perdu ma maman en Juin 2016 alors que nous étions très proches, c’est un grand bouleversement qui chamboule tous les repères. Oui, c’est sûr, mais cela ne change rien au fait que je me sentais mal et que j’avais peur, dans le fond, en me demandant combien de temps cela allait durer. Parce que concrètement, savoir qu’il faut prendre le temps de « digérer » un événement difficile de la vie, ça me parait évident, mais tout aussi concrètement, la question qui me tournait en tête, c’était : « Oui, mais pour combien de temps ?! »

Les jours me paraissaient longs et ennuyeux, je me demandais si je devais plutôt me laisser dériver le temps nécessaire ou plutôt me recadrer, me discipliner, me forcer à reprendre le cap, à reprendre la route et à diriger ma vie avec détermination. Au fond, une petite voix me répétait qu’il valait mieux prendre le temps maintenant de digérer tout cela plutôt que de me forcer à l’enfouir pour me le traîner pendant le reste de ma vie. Alors j’ai pris mon mal en patience, et j’ai regardé les mois défiler, en tentant de cultiver un peu d’amour et de bienveillance pour tous ceux qui me sortaient par les yeux simplement parce que je ne comprenais pas ce qu’ils voulaient…

Renoncer, oui mais avec acceptation. Et puis, du jour au lendemain…

Ce que je voulais par-dessus tout était de préserver tout le monde autour de moi, fidèle à mon slogan : « Si tout le monde va bien, le monde va mieux® », mais je voyais bien que je n’y parvenais pas. C’est finalement lorsque j’ai baissé les bras, lorsque j’ai complètement et sincèrement renoncé à ce que j’avais en tête, que soudain, j’ai aperçu une lueur à l’horizon… J’ai peut-être hésité quelques jours face à ce choix car elle ne correspondait pas du tout à ce que j’imaginais, mais assez vite, j’ai décidé de suivre cette lueur et de m’engouffrer dans ce rayon de lumière que je voyais enfin.

Et littéralement DU JOUR AU LENDEMAIN, le brouillard a disparu. Sur le moment, je n’étais pas sûre que c’était vrai, cela paraissait trop rapide et trop inattendu pour être vrai, mais les semaines ont passé et ont confirmé ce qui s’est produit cette nuit-là. C’était le 30 Décembre 2016 : impossible de dormir. Alors je me suis levée, et j’ai suivi tout ce qui me tournait dans la tête, d’idée en idée, et j’ai passé toute la nuit à chercher des renseignements, à lire et à penser, jusqu’au petit matin. Et le lendemain matin, le brouillard avait complètement disparu, oui du jour au lendemain, j’avais les idées claires à nouveau, les moteurs à pleine puissance, la vision plus profonde que jamais et le cœur plein de joie, d’envie et d’inspiration.

Conclusion, oui ça prend du temps, mais pas tant que ça

A retenir de cette histoire, voici l’essentiel :

1- Le succès prend du temps, oui c’est vrai. Mais lorsque vous êtes prêt, il s’enclenche DU JOUR AU LENDEMAIN. Alors tenez-vous prêt ! Car ce jour-là, ça décoiffe.

2- Lorsque l’on se résigne avec frustration, on entretient le négatif, alors qu’en renonçant avec amour et acceptation, on dissipe le brouillard et on voit le chemin.

 

Pour aller plus loin :

 

Je vous souhaite le meilleur,

Aline Dalbiez – contact@alineon.com

 

 Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager 😉