Photo pat

Proposé par

ENTREPRISE – Il est 18 h, Clara est ma dernière cliente de la journée… Je l’accueille, un peu fatiguée mais dans la bienveillance. Elle s’assoit comme à son habitude en face de moi, et, dans un long soupir de dépit, me sort : « Demain, je me mets à mon compte, c’est décidé ! ».  Sa voix traînante et monocorde et son ton las ne collent pas avec cette affirmation qui devrait être empreinte d’un dynamisme hors norme et d’enthousiasme. Son annonce ressemble plus à une reddition, à un choix de seconde zone fait la mort dans l’âme. Une chose est sûre, il ne s’agit pas d’une offensive guerrière contre les affres du chômage… A la tête de Clara, je comprends que mon corps n’a pas su réprimer l’un de ces mouvements involontaires dont le subconscient a le secret.

Clara vaque, Clara cherche. Et, de ce fait, Clara se démoralise à l’extrême et tente d’engager des actions. Elle ne trouve pas le job de ses rêves, elle ne croit pas mériter le job de ses rêves… Mais, d’ailleurs à quoi rêve-t-elle ? Le sait-elle vraiment ?

Elle a donc décidé de se créer un boulot sur mesure, avec le patron parfait, des collègues sympathiques et drôles et des clients que l’on trouve sous le sabot d’un cheval… Est-elle seulement consciente que l’entrepreneuriat n’est pas une fuite, ni un choix que l’on fait par dépit ? A-t-elle envisagé l’entrepreneuriat comme un voyage avec soi-même, souvent d’ailleurs au cœur de soi-même ?

Faire sens, la base de la création d’entreprise

Si le parcours des demandeurs d’emploi est semé d’embûches, qu’il est ardu de trouver un travail que dire de l’entreprise fondée par dépit ?

L’entreprise doit faire sens et corps avec vous. Elle se doit d’entrer en résonance avec le créateur que vous êtes ! Elle vous fait vibrer au plus profond de votre être dès le matin au réveil et ce, jusqu’au soir. Elle est l’incarnation de vos valeurs, la réponse à vos besoins. Mais surtout et avant tout, elle vous oblige à sortir de votre zone de confort, à changer vos croyances et vous engager à corps perdu dans la bataille.

En résumé, elle va vous remuer les tripes au plus profond de vous. Donc, l’idée de se lancer dans l’entrepreneuriat se mûrit, elle se pèse et elle se prépare. Si l’aventure vous tente, je vous invite dans un premier temps à vous poser quelques minutes, calmement et à vous demander pour quelles raisons vous souhaitez donner naissance à cette entreprise. Allez chercher la vraie raison, celle qui va vous connecter à quelque chose d’important pour vous, à quelque chose qui fait sens, véritablement sens. Si vous parvenez à vous générer de l’émotion, alors votre cerveau (clairement votre subconscient) va accepter d’engager votre corps et vous emmener sur une pente favorable.

Sans cette émotion, votre quête de clients restera quasi aussi vaine que votre recherche d’emploi.

L’entreprise, maîtresse exigeante

Dans un deuxième temps, demandez-vous si ce projet présente un danger ou si vous aurez des difficultés à atteindre cet objectif ? Il vous faut trouver vos freins pour éliminer toute résistance aux changements.

On ne se jette donc pas dans l’aventure de l’entrepreneuriat sur un coup de tête. L’entreprise demande une vision : quelle est la vôtre ?

L’entreprise est aussi une maîtresse exigeante ? Elle veut votre vrai « vous » ! Vous connaissez-vous seulement ? Qui êtes-vous ? Quelles sont vos limites physiques, intellectuelles, financières ?

Quelles sont vos croyances ? Les croyances, ce sont bien ces petites phrases que chaque être humain a intégrées dans son programme ‘inconscient’ et qui régissent nos vies, en laissant le subconscient décider en toute bienveillance de ce qui est bon ou pas pour nous…

Pour entreprendre, il convient donc que vous vous connaissiez ; pour faire évoluer votre entreprise, il faut savoir dépasser vos limites limitantes et ramollir vos croyances, voire en changer.

Au même titre que vous ne partiriez pas en voyage autour du monde sans un minimum de préparation, ne vous lancez pas dans ce défi sans un kit « Ramollir mes croyances » pour avancer avec vos croyances sur le chemin de votre réalisation professionnelle.

 

Épilogue

Après quelques séances de coaching à travailler sur les peurs, les croyances, les limites, Clara a une prise de conscience salutaire : créer son entreprise n’est pas une mince affaire et elle n’en a pas la motivation.  Elle, ce qu’elle désire par dessus tout, c’est un boulot salarié qui l’inspire. Elle aime pousser la porte du bureau à 17h et reprendre le train-train de sa vie quotidienne… Les discussions avec le banquier pour étendre son découvert, les clients qui n’ont pas d’heure et qui ont des exigences démentes, finalement, ce n’est pas véritablement son truc. Elle ce qu’elle aime, c’est se lover dans le canapé avec un bon bouquin et son chat sur les genoux et pouvoir s’évader jusqu’au lendemain matin.