photonoiretblanc

HARCÈLEMENT – Le nombre de victimes au travail ne cesse de croître et il est nécessaire de le souligner afin que chacun de nous apprenne à écouter son collègue, sa sœur, son conjoint, son voisin qui tente d’évoquer son mal-être dans son environnement professionnel. Non, votre collègue n’est pas paranoïaque, ni « en mode exagération », il essaie juste de vous dire ce qu’il vit en souhaitant enfin être reconnu dans ce rôle de victime.

Définir le harcèlement 

Le harcèlement est une violence répétée qui se traduit par des hostilités verbales, physiques ou psychologiques. Je retiens principalement trois caractéristiques :

  • c’est un rapport de force et de domination
  • il s’agit d’agressions qui se répètent régulièrement durant une longue période
  • la victime reste souvent isolée, faible et dans l’incapacité de se défendre pour de multiples raisons

Les médias et de nombreux articles traitent du sujet qu’est le harcèlement.

Des journées de lutte contre le harcèlement sont organisées. En effet, chacun de nous en entend bien parler mais … Nous ne sommes pas concernés alors !

Des numéros d’assistance sont prévus, que ce soit pour le harcèlement en milieu scolaire, dans le milieu du travail ou même dans la vie privée. Pourtant, malgré ces sources d’informations et d’aide, ce problème persiste. 

A première vue, il semblerait que ces nombreuses ressources ne soient pas suffisantes. Pourtant, suite à des accompagnements de clients vivant cette situation, je décèle une difficulté majeure : l’interprétation et la représentation de cette problématique par les victimes. 

Comment faire la part des choses ?                          

Lorsqu’une personne est victime de harcèlement, elle n’interprète pas obligatoirement la situation comme telle. Il lui faut du temps pour comprendre que le problème ne vient pas d’elle mais du harceleur ou manipulateur.

Au départ, la personne croit son harceleur, s’accuse de tout et de rien, d’être trop sensible aux reproches par exemple, de manquer de confiance en elle, de ne pas faire les choses correctement, de ne pas être assez performante.

Les hostilités des autres ne sont pas vues comme du harcèlement. Et même si au plus profond de soi l’idée surgit, la victime préfère oublier ou nier car être harcelé, c’est pour les faibles, les bons à rien, les nuls.

Et puis, ce n’est pas parce qu’on entend parler de harcèlement dans les journaux qu’il faut voir cette situation partout ! C’est malheureusement bien la phrase type qui fait que la victime ne se sent pas comprise par son entourage.

Il faut donc du temps et de la réflexion ou une aide extérieure pour comprendre que le problème ne vient pas de vous.

Pour définir si vous êtes le jouet d’un manipulateur, posez-vous deux questions :

  1. La personne fait-elle des choses petites ou grandes que la morale, la loi refuserait ?
  2. Etes-vous systématiquement perdant face à cette personne ?

Si vous ne savez pas répondre, voici quelques clés pour reconnaître le harcèlement moral :

  • Le sujet se pose en victime (malade, surcharge de travail, dans le domaine scolaire : a oublié ses feuilles pour pouvoir vous en emprunter ou n’a plus de forfait téléphonique, de cigarettes).
  • Le sujet ignore vos demandes (même s’il dit s’en occuper). 
  • Le sujet culpabilise les autres, au nom de la conscience professionnelle, (Tu refuses ces heures supplémentaires !  Tu devrais être content d’avoir un travail ! Au prix où tu es payé ! )
  • Le sujet ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres (il regarde en priorité ce qui l’arrange).
  • Le sujet menace de façon déguisée ou fait du chantage ouvert (menace de licenciement, de perte de statut, de violences physiques en dehors de l’entreprise ou du lycée si vous ne répondez pas favorablement à ses attentes).
  • Le sujet utilise souvent le dernier moment pour vous demander quelque chose (l’heure de la sortie alors que vous êtes pressés).
  • Le sujet change ses opinions ou comportements envers vous si un supérieur est présent. 
  • Le sujet mise sur l’ignorance des autres et fait croire à sa supériorité (c’est en cela qu’il a du pouvoir sur vous).
  • Le sujet ment (à vous certes, mais aux autres quand il parle de vous).
  • Le sujet critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge ce que vous dîtes ou faîtes.

A retenir

Le camp des manipulateurs et harceleurs est large mais il est surtout destructeur. Il y a des centaines d’exemples mais l’abus de pouvoir, le chantage, la culpabilisation sont les maîtres-mots.

Il y a tant à dire sur le sujet du harcèlement, mais si je devais vous donner un conseil, n’hésitez pas à demander de l’aide.

Syndicats, associations, psychologues, coachs professionnels, avocats sont là pour vous épauler, donc ne minimisez pas votre problème.

 

Vous avez des questions, des doutes, n’hésitez pas à me contacter. Je prendrais le temps de vous répondre gratuitement.

contact@maieutik.fr

www.maieutik.fr