Monkey tie Coaching - Elisa Domenighini

Proposé par

Tout d’abord, ne confondons pas divergences ou confrontations d’opinions ou d’objectifs, même dans des discussions très véhémentes, avec un véritable conflit car pour éviter les conflits, il faut d’abord savoir les reconnaitre. En effet, dans le travail comme dans sa sphère personnelle, avis et besoins sont multiples, parfois antagonistes. Or, les confrontations, bien gérées, permettent d’enrichir les échanges et sont souvent sources de créativité.

Eviter les conflits : savoir les reconnaitre

Un véritable conflit est donc :

  • un désaccord important et persistant ; et
  • une situation de blocage, prolongée, entre 2 parties.

Un conflit surgit quand les deux parties sont frustrées (c’est-à-dire qui n’obtiennent pas satisfaction), quand la communication est difficile, voire impossible et surtout lorsqu’ il y a interdépendance (chacun a, plus ou moins, besoin de l’autre). Sans interdépendance, il n’y a pas de conflit, puisque l’une ou l’autre des parties concernées peut tout simplement « sortir du jeu ». En revanche, s’il y a interdépendance, ignorer une situation conflictuelle va automatiquement augmenter la frustration de l’autre partie…. et empirer la situation.

La zone obscure, le point central du conflit

Une des sources principales qui transforme des confrontations en conflits c’est ce que l’on appelle « la zone obscure » : la zone obscure est faite de malentendus, incompréhensions, préjugés, stéréotypes, illusions, intentions cachées plus ou moins conscientes. Plus elle est importante, plus elle parasite les échanges. Ainsi, souvent, dans un conflit, la frontière entre accord et désaccord n’est pas claire, et même quand on veut réduire la zone obscure, il est difficile de ne pas le faire en se basant exclusivement sur son propre cadre référentiel (donc ses besoins, opinions, à priori, etc…).

Or, le secret de la confrontation positive, consiste à utiliser en réalité le cadre de l’autre, à examiner les éléments de sa pensée « Pourquoi pense-t-il ceci ou cela ? » pour ensuite intégrer ces éléments à son propre cadre référentiel.

Décrypter les désaccords

Ainsi dans toute situation potentiellement conflictuelle, il est important de décrypter les désaccords : Quelles sont les causes de votre désaccord ? Vous basez-vous sur les mêmes faits ? Y-a-t-il des valeurs en jeu (et donc un impact émotionnel important) ? Êtes-vous d’accord sur les méthodes ? Quels sont les réels buts recherchés ? Et surtout, il faut être lucide sur le résultat ciblé :

Si la réponse est « avoir des résultats », voici 5 questions clés à vous poser quand vous êtes en désaccord afin d’éviter les conflits :

  • Que voulez-vous :   Quels désirs ? Pour satisfaire quel besoin ?
  • Que veut l’autre : Quels désirs ? Pour satisfaire quel besoin ?
  • Y-a-t-il un point commun : Un intérêt commun ? Pour quel besoin commun?
  • Comment ouvrir le champ des possibles : Quelle alternative à son désir? Quelle alternative à mon désir ?
  • Quelle solution : Pour lui ? Pour moi ?

Recherchez, imaginez, inventez le plus grand nombre possible de solutions pour un bénéfice MUTUEL afin d’éviter les conflits N’oubliez pas, le monde est de plus en plus complexe : il n’y a pas de solution unique. Ne regardez pas la situation comme un gâteau, mais comme le soleil : tout le monde peut profiter des ses rayons, sans en priver l’autre.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager 😉