Jean-Luc RIO- Monkey tie Coaching

Proposé par

Nous avons tous hérité de prédispositions issues de notre patrimoine génétique :

  • Des caractéristiques physiques et intellectuelles,
  • Certaines maladies (l’hémochromatose et la thrombophilie non rare) ou prédisposition (facteurs de risques),
  • Certains traits de caractère.

Mais quelle est la part de génétique et quelle est la part environnementale dans ce que nous sommes ? Les scientifiques nous apportent un éclairage nouveau.

Des prédispositions génétiques ?

Notre code génétique est loin de nous avoir révélé tout ses secrets mais les dernières recherches en la matière nous permettent d’avancer les points suivants :

Deux éléments joueraient sur notre code génétique et particulièrement sur les chromosomes X et 17 : la MOA et le SERT

  • Monoamine oxydase (MAO)

On trouve les MOA dans certaines cellules du corps et au niveau des synapses du cerveau. Ils participent grandement à la stabilisation de l’humeur (dopamine, sérotonine). Ils seraient présumés aussi responsables de troubles ou des comportements tels que la toxicomanie, la criminalité, les troubles du déficit de l’attention, les phobies sociales,…

Dans les cas les plus graves, la psychopathie et la perversion narcissique.

  • Transporteur de la sérotonine (SERT)

Il agirait sur les troubles affectifs, les troubles dépressifs majeurs et les troubles bipolaires (voir l’autisme).

La dopamine et la sérotonine jouent sur les fonctions cognitives, sur l’humeur et les émotions.

Le dysfonctionnement de ces deux variantes engendre :

  • Une variante robuste ou vulnérable selon le cas : SERT + trauma =la dépression
  • Une variante sensible : MAO + trauma = l’agressivité

Notre tendance à la dépression ou à l’agressivité peut donc avoir une origine génétique.

Pour certains scientifiques, la psychopathie serait une prédisposition génétique (Robert Hare par exemple) mais contrairement à une idée reçue il existe de gentils psychopathes (James Fallon par exemple).

Quels sont donc les autres facteurs pouvant interagir sur nos humeurs, notre comportement ?

Des gênes directement impliqués dans le caractère

Le gêne COMT (catéchol-O-méthyltransférase) varie selon les individus et est sensible à deux acides aminés (qui influent aussi sur la dopamine) :

  • La Valine (Val)
  • La Méthionine (Met)

Les individus ont soit :

  • deux paires de l’un : Val/Val,
  • deux paires de l’autre : Met/Met,
  • un de chaque : Met/Val).

Les personnes Met/Met auraient trois à quatre fois plus de dopamine dans leur cortex préfrontal que les Val/Val.

Cette zone du cerveau est directement impliquée dans les processus  de cognition, de prise de décision, d’expression de la personnalité et du comportement social.

Face à des difficultés majeures :

  • Les personnes Met/Met seraient sujettes à l’inquiétude, à la rumination,
  • Les personnes Val/Val auraient un caractère guerrier, fonceur.

Nous aurions donc des prédispositions fortes issues de notre patrimoine génétique.

Mais rien n’est inéluctable !

En effet, notre expérience de vie nous amènera à évoluer, à changer, à nous transformer… ou pas

Les facteurs environnementaux

L’interaction entre les gênes et l’expérience façonnent ce que nous sommes et ce que nous devenons.

Notre environnement familial, personnel, culturel, professionnel, vont influencer notre manière d’agir, notre manière d’être.

  • Un psychopathe n’est pas nécessairement un tueur en série.
  • Une personne mélancolique, pas nécessairement suicidaire.

De nombreuses études ont démontré que de nombreux tueurs en série étaient des psychopathes. Mais on ne dit pas assez qu’il s’agit de personnes ayant subi des très lourds traumas dans leur enfance (facteur génétique + facteur environnemental défavorables).

Mais inversement nous pouvons supposer qu’une personne ayant le « gêne de l’agression » mais ayant grandi dans un environnement aimant et vivant, dans un environnement favorable sera « probablement » moins agressive qu’une personne ayant le « gêne de la dépression » ayant grandi et vécu dans un environnement hostile et violent.

De nombreux témoignages démontrent que la résilience permet à des personnes de sortir victorieux de situations post-traumatiques que nous pourrions supposer insurmontables.

Nous avons tous notre place dans le jeu de l’évolution et rien n’est inéluctable.

Que nous ayons un terrain défavorable ou favorable (part génétique), ce que nous en ferons (part expérientielle) dépend bien souvent de nous.

Les effets de la dopamine

dopamine