Monkey tie Coaching - Catherine Biaudet

Proposé par

Calme intérieur – Tout bouge, tout bruisse autour de vous. Que faire, plonger à corps et tête perdu(es) dans le mouvement erratique ou prendre du recul pour être vraiment avec vous-même et ressentir ce qui est bon pour vous ?

Le calme intérieur :

La culture du calme apparent

Hyperactivité au travail et à la maison, tous ces temps de votre vie qui s’affolent, les sollicitations nombreuses et de toutes parts, le ressenti d’engrenage infernal, la difficulté de vous déconnecter, le regard rivé sur vos écrans, le flot du monde qui bourdonne et tourbillonne : agitation maximum.

Pourtant, vous ne ressentez aucune fébrilité, aucune agitation…

Comment dites-vous ? Vous la masquez !!! Tel un point faible, un talon d’Achille…

 

Effets de la politique du calme apparent

Petit exercice : fermez les yeux, posez votre regard à l’intérieur de vous et ressentez ce qui se passe en vous, ressentez votre corps, écoutez-le, laissez passer vos pensées tout simplement sans les retenir, prenez les bruits extérieurs simplement pour ce qu’ils sont… le monde reste en mouvement à l’extérieur, vous en avez conscience… vous, vous êtes calme et serein(e) à l’intérieur…

Que vous dit votre corps ? Que vous êtes contracté(e), tendu(e), crispé(e), oppressé(e) ?

Il ne vous dit rien ? Sûr(e) ? Rien du tout ? Pas de ressenti physique spécifique ?

Des émotions difficiles se font peut-être jour ? Non ?  Ne vous seriez-pas coupé(e) de vous-même ?

 

Installer le calme intérieur, c’est vous donner toutes les chances de vivre Monkey Tie coaching
Installer le calme intérieur, c’est vous donner toutes les chances de mieux vivre

De la négation de vos émotions

En pleine agitation, au lieu de créer les conditions d’un accès au calme, vous avez choisi l’option « politique du calme apparent » et ainsi vous niez ce que vous ressentez réellement par rapport à la situation. De fait, vous niez vos émotions et vos ressentis physiques liés.

Or, ces émotions cadenassées à double tour sont pourtant votre véritable et fidèle guide intérieur…

Que le calme intérieur soit avec vous

C’est quoi le calme intérieur me direz-vous ?

Le calme intérieur, c’est prendre du temps pour s’intéresser à soi, se ressentir, être plus présent(e) à soi en qualité et en quantité de temps passé avec soi, à ses ressentis physiques, ses besoins, ses pensées, son mode de fonctionnement et ainsi se sentir de mieux en mieux dans son corps et dans sa tête et inversement, les deux étant intiment liés.

C’est « s’écouter » et bien s’écouter, c’est bien aussi se répondre : entendre ses peurs, ses croyances négatives, ses auto-limitations, comprendre son mode de fonctionnement, le revisiter si nécessaire pour l’accorder à son Soi profond, installer une réalité objective quant à la perception de soi-même et du monde.

C’est écouter, reconnaitre et accepter ses émotions et les besoins qu’elles révèlent. C’est bien sûr se donner la possibilité d’y répondre. C’est tirer parti de cette source d’information pour mieux se connaître, s’apprécier, s’aimer… et plus nous nous accueillons, plus nous pouvons accueillir autrui…

C’est agir le plus conformément possible selon ses désirs, ses valeurs. C’est revisiter son agenda, envisager comment mettre le focus sur la qualité et non plus la quantité, pratiquer le plus souvent possible les activités que l’on aime, densifier plutôt que multiplier les expériences, s’intéresser et s’appliquer à des tâches simples et plaisantes qui nous absorbent et permettent vivre « l’expérience optimale »  (http://catherinebiaudet1.wixsite.com/blog-sophro-coaching/single-post/2016/12/09/Auto-invitation-au-bonheur-le-flow-ou-comment-vivre-l%E2%80%99exp%C3%A9rience-optimale).

C’est découvrir les bienfaits du lâcher-prise, de la lenteur, de la concentration.

Qu’avez-vous à y gagner ? Installer le calme intérieur, c’est vous donner toutes les chances de vivre le plus harmonieusement et fructueusement possible avec vous et avec les autres.

« Nul ne peut avoir de lien avec son prochain s’il n’en a d’abord avec lui-même » CG Jung.

Catherine BIAUDET

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas le partager 😉