Pascale Kaced

Proposé par

 

LA PRISE D’INITIATIVE – Nous avons dit dans le premier article que la prise d’initiative n’était pas une compétence innée et nécessitait un apprentissage. Après avoir abordé le plan cognitif, étudions les conditions nécessaires à sa mise en oeuvre sur le plan environnemental.

Sur le plan environnemental :

La qualité de l’environnement est un dénominateur essentiel de croissance pour l’individu. Il peut soit renforcer le comportement tout comme il peut aller jusqu’à son extinction (terme emprunté à l’approche Comportementaliste). Le manager occupe alors un rôle essentiel dit de “renforcement” du comportement souhaité notamment dans l’apprentissage de la prise d’initiative.

Quels comportements le manager doit-il adopter ?

❏  Accompagner la performance en fractionnant l’objectif à atteindre en plusieurs étapes, de manière à aider le collaborateur à visualiser, d’une part les comportements attendus, d’autre part, les ressources nécessaires à leur accomplissement. Des objectifs perçus comme inatteignable peuvent contraindre à l’évitement.

❏  Dans le cas d’une situation d’échec, accompagner le collaborateur à prendre conscience des comportements qui sont à améliorer, à reproduire, à éviter mais aussi toutes les informations qui contribuent à son apprentissage. Il pourra ainsi apprendre par “imitation” et sera en capacité de s’auto-administrer le modèle reçu. En réalisant ce travail, vous contribuez à préserver la confiance en soi du collaborateur très souvent malmené dans une situation d’échec.

❏  Valoriser les premières prises d’initiatives concluantes (d’autant plus si le collaborateur rencontre des difficultés), cela lui permet de percevoir qu’il est sur la voie de la réalisation. Savoir exprimer sa reconnaissance dans le travail de son collaborateur est essentiel si l’on veut renforcer son sentiment d’efficacité personnel (**).

En renforçant la confiance de vos collaborateurs, tant sur le plan interne que sur le plan externe, vous participez au développement de la performance individuelle en augmentant la qualité de leur engagement et leur motivation.

 

(*) André C., & Lelord F. (2008). L’estime de soi. Paris : Odile Jacob
(**) Voir article précédent : “Comment développer le sentiment d’efficacité de vos collaborateurs”
(***) Rizzolatti G., & Sinigaglia. (2008). Les neurones miroirs. Paris : Odile Jacob

 

Pascale Kaced

Executive Coach

Si vous avez aimé cet article, partagez le 🙂