Roselyne Piterman - Monkey tie Coaching

Proposé par

La procrastination ou la tendance à tout remettre à demain

Vous avez un projet qui vous tient à cœur, des clients ou contacts qui vous font confiance, pourtant tous les jours, il y a des actions ou des tâches que vous n’arrivez pas à faire et la tentation est grande de remettre au lendemain, jusqu’au moment où tout s’accumule… avec la culpabilité.

 

 La procrastination

 

D’abord pourquoi on procrastine ?

– On peut avoir tendance à minimiser l’importance de la tâche. Quand on y a pensé elle paraissait valable, maintenant qu’on doit le faire cela nous parait moins urgent. Etait-on dans une sorte de déni en se disant cela ne prend que 5 mn, alors qu’il y en a bien pour une heure ?

– On a peut-être peur du changement : prendre de ce fameux rendez-vous avec le médecin, passer le permis, appeler tel client… autant de choses qui risquent de bouleverser notre train train ou avoir des conséquences stressantes,

– Le besoin de préserver notre self estime, ou de ne pas regarder en face un problème de confiance en soi : remettre au lendemain, c’est éviter le risque d’échouer… et d’avoir à penser à ce qui peut être amélioré. Mais procrastiner creuse malheureusement encore plus notre estime de soi.

– Un problème de motivation peut-être ? si on procrastine autant, c’est surement que certaines actions dans notre journée ne nous intéressent pas/plus, et qu’il est temps de réfléchir à changer soit de travail, soit d’entreprise, en tout cas il y a des raisons de changer quelque chose !

– On est perfectionniste : si on met la barre trop haut, la tendance est forte de ne rien faire plutôt que d’avoir un résultat insatisfaisant, le perfectionnisme est un grand ennemi…

L’objectif, pour commencer à régler cela, va être d’identifier les causes, et de lister les taches sans cesse remises, dans le but de mettre en place un plan de transition progressif et raisonnable (qu’il faudra tenir celui-là !). Par ailleurs penser aussi à tout ce que cette nouvelle vie va nous apporter : moins de stress, plus d’argent etc.

Il s’agit d’un engagement vis-à-vis de nous-même, une décision à prendre et s’y tenir (comme l’arrêt du tabac par exemple, un jour à la fois).

 

Quelles solutions s’offrent à nous ?

on se focalise sur des objectifs simples : on décompose la tache en étapes, et on fait chaque étape sans penser à la suivante (ex j’ai un article à écrire, d’abord je commence à faire des recherches, puis je fais un plan, puis l’introduction etc)

la « to-do liste » à la journée et à la semaine : on liste tout ce qu’on doit faire et on le planifie dans notre journée et notre semaine, sans en mettre trop, et on fait le point régulièrement pour voir si elle était réaliste. On réajuste en étant souple et « bienveillant » avec soi. Si la liste est trop fournie, elle ne sera pas encourageante. Pour certains il sera plus facile de commencer par ce qui est le moins agréable et finir par les actions plus plaisantes. Ou le contraire.

Se garder du temps libre pour les imprévus, ou pour respirer entre les taches, l’éternel « je n’ai pas le temps » est une mauvaise excuse (surtout quand on voit le temps qu’on passe devant notre télé ou sur les réseaux sociaux)

Ne pas s’engager à la légère auprès d’autrui et savoir dire non : ce n’est pas la peine de se rajouter des contraintes pour faire plaisir alors qu’on n’a pas assez de temps pour soi,

Etre au clair avec le véritable temps passé sur les choses : si on met 20 mn pour faire une course, cela ne sert plus à rien de dire qu’il ne faut que 5 minutes. L’honnêteté paie ! du coup, quand on aura de nouveau cette course à faire, prévoir large.

– Parfois, couper internet et notre téléphone pour ne pas tomber dans les distractions et le multitache.

Plus les actions seront faites, plus on sera fier de soi ; donc inutile de nous répéter qu’on ne va pas y arriver, soyons positif et croyons en nous ! et je conseille même de s’offrir régulièrement des récompenses : Je suis fier(e) de moi, je me fais un cadeau !

– et si on n’arrive pas à s’engager tout le temps, ce n’est pas grave, il peut être utile de s’engager auprès de quelqu’un par sécurité, ou de se faire accompagner au démarrage.

 

Avoir un plan d’action performant et qui nous rende fier de nous est possible et devient automatique, en gardant à l’esprit que l’écart est toujours acceptable. Mais procrastiner n’est pas une fatalité, nous avons le pouvoir d’avoir une vie extraordinaire, et les choses ne changent que si nous le DECIDONS. A bientôt.

 

Roselyne Piterman 

https://monpotentiel.wordpress.com

https://www.linkedin.com/in/roselynepiterman/

 

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas le partager 😉