Pascale Kaced

Proposé par

NEUROSCIENCES COGNITIVES – Les recherches entrepris dans le domaine des neurosciences cognitives, depuis plus de soixante ans, sont pléthore et éclairante sur les facteurs de croissance des individus. Appliqués au monde de l’entreprise, ces résultats se révèlent être des catalyseurs de performance et de bien-être. Or les formations négligent encore trop souvent la corrélation entre des actes de management, banalisés par le quotidien; et les conséquences psychologiques de ces derniers sur la performance individuelle et le bien-être au travail. En quoi valoriser, encourager, développer ses collaborateurs peut développer leur engagement et favoriser leur épanouissement ?

Neurosciences cognitives

Albert Bandura, docteur en psychologie, a développé le concept du « sentiment d’efficacité personnel» au sein de la « Théorie Sociale cognitive ». Le sentiment d’efficacité personnel est constitué d’un système de croyances sur ce que pense l’individu de sa capacité à pouvoir agir de manière efficace, pour une tâche donnée. Bandura observe que, plus le sentiment d’efficacité personnel est élevé, plus la motivation est renforcée, tout comme la capacité de résilience, la persévérance multipliant ainsi les chances de réussite. À l’inverse, plus le sentiment d’efficacité personnel est faible, plus le sujet aura des difficultés à surmonter les obstacles, à atteindre ses objectifs, à prendre des initiatives, et pourra se résigner dans des situations d’échec.

A. Bandura a mis en évidence quatre facteurs qui vont augmenter le Sentiment d’Efficacité Personnel des individus.

L’expérience active de maîtrise : les expériences de réussite contribuent à développer le sentiment d’efficacité des individus. Elles les renseignent sur leur capacité à réussir par rétroaction et leur permettent ainsi de mieux faire face aux difficultés.

  •  Identifiez des objectifs individuels qui soient en cohérence avec les capacités de vos collaborateurs afin de multiplier les expériences de réussite. Ne focalisez plus uniquement votre discours sur les situations d’échec qui diminuent le niveau du sentiment d’efficacité et démobilisent à plus ou moins long terme.

L’expérience vicariante : l’apprentissage par l’observation de pair notamment dans son groupe de travail va contribuer à développer le sentiment d’efficacité en favorisant l’émergence de nouveaux comportements.

  • Privilégiez les ateliers de travail, les formations «terrain», les échanges collectifs, notamment sur les best-practices qui augmentent la créativité et la stimulation.

La persuasion sociale : les renforcements positifs vont contribuer à renforcer les croyances des individus en leurs propres capacités alors que les renforcements négatifs vont les diminuer.

  • Apprenez à reconnaître les progrès de vos collaborateurs de manière continue et n’attendez pas uniquement l’atteinte du résultat pour témoigner votre reconnaissance. Vous contribuez ainsi au maintien de la motivation. NB: Bandura observe que plus la personne qui émet ses renforcements est crédible, plus l’impact sera important.
  • Apprenez à faire une distinction dans votre discours entre, l’évaluation des actes de vos collaborateurs et l’évaluation de l’individu dans sa globalité. Dans le cadre d’une performance moyenne, votre discours sera moins préjudiciable pour le sentiment d’efficacité personnel du collaborateur. En effet, les résultats insatisfaisants ne seront pas interprétés comme la preuve d’une défaillance acquise du collaborateur, sur laquelle aucune action d’amélioration ne serait possible ; mais plutôt sur un manque de compétence qu’il sera en mesure d’acquérir.

Les états physiologiques et émotionnels : certains états physiologiques et émotionnels peuvent diminuer ou accroître le sentiment d’efficacité personnel des individus. Un état de stress ou de fatigue peut être interprété, à tort, comme une preuve de leur incapacité.

  • Favoriser une atmosphère de travail positive sera déterminante pour ne pas accentuer ce type de phénomène. Une ambiance détendue développe la concentration et augmente la capacité des individus à identifier, par eux-mêmes, les ressources nécessaires à la résolution des problèmes auxquels ils sont soumis.

Sachez témoigner votre confiance dans le travail de vos collaborateurs, vous contribuerez ainsi à favoriser la prise de conscience de leurs capacités tout en renforçant leur sentiment d’efficacité personnel.

Source: A. Bandura. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle «self-efficacity» Paris : Editions De Boeck Université, 2007

 

Pascale Kaced

pascale.kaced@outlook.fr

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le