Monkey tie Coaching - Alain Charlier

Proposé par

Le cadre de référence : de quoi s’agit-il ?

Le « cadre de référence », que l’on appelle aussi « la carte du monde », est l’ensemble des éléments qui permettent à une personne de faire des choix, de poser des actes, de porter des réflexions, de juger ses idées et celles des autres. Chaque personne possède son propre cadre de référence, construit au fil du temps, de l’éducation, des expériences, des événements.

Quelle est l’importance du cadre de référence ?

L’intérêt est multiple. Tout d’abord il vous permet d’apprendre sur vous-même. En effet, demandez-vous sur tel ou tel principe ou conviction que vous avez, sur quoi elle est fondée. Parfois vous conserverez cette conviction, parfois, vous pourrez utilement la remettre en cause. Ensuite, vous pouvez porter un regard différent sur les autres, à partir du moment où vous percevez leur cadre de référence. Ce n’est probablement pas le même que le vôtre, au moins sur certains points.

Il est important que vous puissiez considérer que le cadre de référence de l’autre a tout autant de valeur que le vôtre… pour autant qu’il ne vous porte pas atteinte ou à autrui. Vous n’aimeriez probablement pas qu’on vous impose une manière de voir, alors il semble légitime de ne pas en imposer une aux autres. Enfin, avec un peu de recul, vous ferez l’expérience que nul ne détient à lui seul LA vérité, mais que nous en voyons tous une facette.

Concrètement comment utiliser le cadre de référence ?

Tout d’abord, vous pouvez porter un regard sur vous-même, dans votre relation à votre quotidien, aux autres et lorsque vous rencontrez des difficultés, vous pouvez vous demander si votre cadre de référence ne vous joue pas des tours.

Par exemple, vos parents vous ont inculqué qu’il est correct d’envoyer une petite carte pour remercier la maîtresse de maison après un dîner chez des amis, et vous le faites systématiquement. Eh bien, si l’on ne vous écrit pas le lendemain d’un dîner que vous avez donné, ne déduisez pas que les gens sont mal élevés ou pire, que votre dîner était un fiasco. C’est peut-être simplement que vos amis n’ont pas appris cet usage, et si vous voulez savoir s’ils ont apprécié votre dîner, pourquoi ne pas leur poser la question ?

Autre exploitation du cadre de référence : un ou une amie vient vous voir pour vous demander conseil. Spontanément, en écoutant son histoire, vous allez vous dire que vous n’auriez pas forcément agi de la même manière, et l’impasse dans laquelle cette personne s’est glissée, vous avez une idée très nette de comment vous en sortiriez. Vous commencez donc votre intervention par « Si j’étais à ta place, je ferai cela … ». Seulement voilà, ce n’est pas vous qui devez agir. Il y a donc de grandes chances pour que la personne soit désemparée, entre son problème et une solution dans laquelle elle ne se retrouve pas du tout. Peut-être avez-vous déjà vécu vous-même cette situation ! Alors avant de donner un conseil, assurez-vous qu’il colle avec le cadre de référence de votre ami.

Le travail du coach consiste à « chahuter », « bousculer » le cadre de référence de son client sans dommage pour ce dernier pour l’affirmer ou susciter sa modification. Alors, je ne saurais trop vous suggérer d’inviter votre ami à en parler avec un coach formé.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager ! 😉

N’oubliez pas Monkey tie organise son tout premier salon du coaching

pour le développement professionnel, toutes les informations en cliquant ici !