Manager son stress avant un entretien de recrutement- Monkey tie Coaching

Recrutement & CarrièreLe 08.03.2017

Manager son stress avant un entretien de recrutement !

Le plus difficile est fait : vous avez obtenu (enfin) ce fameux entretien de recrutement pour un poste qui vous convient ! Oui mais, le plus dur reste à faire : convaincre le recruteur que vous êtes la bonne personne pour ce poste… Et là, vous devenez anxieux, angoissé à l’idée de ne pas réussir […]

Sylvain Draux -Monkey tie Coaching

Proposé par

Le plus difficile est fait : vous avez obtenu (enfin) ce fameux entretien de recrutement pour un poste qui vous convient ! Oui mais, le plus dur reste à faire : convaincre le recruteur que vous êtes la bonne personne pour ce poste… Et là, vous devenez anxieux, angoissé à l’idée de ne pas réussir ce « fameux » entretien… Alors comment parvenir à manager son stress ? Outre le fait de bien se préparer : se renseigner sur l’entreprise, ses produits, ses services, les compétences pour le poste, … Il faut vous préparer mentalement et physiquement pour le jour j.

Voici quelques conseils précieux pour manager son stress :

Manager son stress par …

  • la respiration abdominale

La respiration abdominale « par le ventre » (les yeux fermés de préférence) : Je souffle par la bouche et ensuite j’inspire par le nez tout en gonflant mon ventre (comme un ballon) et j’expire par la bouche (comme si je soufflais dans une paille) tout en rentrant mon ventre (comme un ballon qui se dégonfle). A répéter 3 foisJe peux mettre mes mains sur mon ventre pour mieux le sentir se gonfler et se dégonfler. Les yeux fermés permettent à mon mental d’être en mode « veilleuse », il interfère moins souvent et mon choix est alors plus juste, plus intuitif…
Vous pouvez fermer vos yeux quelques minutes (de préférence debout), les pieds bien ancrés au sol, la tête qui essaye de toucher le ciel et la poitrine un peu bombée avec une respiration abdominale. Cette posture vous permettra de gagner en confiance !

  • L’ancrage

L’ancrage : « Etre ancré, c’est être connecté à la terre. C’est se sentir relié. C’est sentir cette connexion profonde qui existe entre nous et la terre, et être dans l’acceptation du moment présent ». Pas évident, mais l’objectif est de chasser les pensées négatives  » je ne vais pas être à la hauteur, je ne vais pas réussir  » (…). Le mieux est de faire du sport avant l’entretien pour doper vos endorphines (hormones du plaisir) et diminuer votre taux de stress « négatif » … Les « ancres » peuvent être visuelles, auditives, kinesthésiques, olfactives ou gustatives qui vous ramènent à un état de pensée positive.

Exemple : l’image de vos dernières vacances, l’odeur d’un bon repas entre amis, … L’objectif est de chasser vos pensées négatives (= celles qui ne vous conviennent pas) en images positives = se sentir mieux, plus détendu pour être à 100% présent pour votre entretien.

  • La PNL

Se servir des silences pendant l’entretien : La PNL (Programmation Neuro-Linguistique) est un outil puissant pour se mettre en bonne adéquation avec votre interlocuteur (ici le recruteur). « Les limites d’une personne ne sont que la représentation qu’elle s’en fait, en restant prisonnière d’elle-même, de l’image qu’elle se fait d’elle-même et de l’image d’elle-même qui lui a été donnée ». Les silences vous permettent de prendre du temps pour répondre et surtout de pouvoir vous recentrer sur les émotions ressentis. Exemple : une question piège = silence = re-concentration = gestion de son émotion = réponse mieux adaptée.

  • L’optimisme 

Etre optimiste : Un mot un peu galvaudé aujourd’hui. L’optimisme est une attitude mentale qui aide à appréhender la vie d’une manière positive et active, autour de quelques convictions fondamentales. Dédramatiser l’entretien !  Au pire, si vous ne le réussissez pas, vous aurez été retenu parmi beaucoup de candidats ! Et on apprend de ses « échecs » = pensez à rappeler le recruteur afin de savoir quels sont vos axes de progrès. Etre optimiste c’est aussi se dire qu’un autre poste vous conviendra mieux  🙂

  • La communication non verbale

Gérer votre communication non verbale : 60% de ce que l’on exprime vient de la communication non verbale = l’impact auprès de son interlocuteur provient de la gestuelle, de la voix, du regard, des expressions du visage, l’occupation de l’espace (…) !! Si la communication non verbale exprime un ressenti émotionnel, le fait d’anticiper sa présentation joue sur votre assurance. Bien préparer le verbal permet donc de travailler du même coup le non verbal. Ainsi, le langage du corps va traduire des états émotionnels parfois inconsciemment. Il est donc important d’écouter ce que son corps a à dire dans la vie de tous les jours.

 Exemple : le pincement de son nez, lobes des oreilles, petits mots parasites, …Il faut essayer de prendre conscience de son corps en s’écoutant parler et en s’observant … Cela demande du temps mais cela fonctionne idéalement pour un entretien (ou pour toute autre chose)… Il est salvateur d’être conscient « ici et maintenant », faire les choses plus lentement permet d’être plus en conscience et donc de pouvoir améliorer sa concentration…

En résumé, les quelques « outils » proposés vous permettront de mieux manager votre stress. Ils ont pour but de vous rassurer en vous disant que vous êtes bien préparé… Après, votre personnalité fera le reste (vos compétences, vos valeurs…). Le positif attire le positif (nos pensées créent notre réalité) et apprenez à communiquer plus efficacement…

Bon entretien !

Sylvain DRAUX

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager 😉