81fea10f-593a-46df-896d-b6454355e674

Proposé par

NE FAITES PAS L’AUTRUCHE – « Ma charge de travail est trop – faible … je vais être placardisé. » Cette expression revient souvent dans la bouche de ceux et celles – le plus souvent des seniors –  qui s’attendent à être mis au placard. Pour garder le moral et ne pas craquer, n’agissez pas comme si le problème n’existait pas. Ne faites pas comme les autruches qui s’enfouissent la tête dans le sable lorsqu’elles ont peur, ce qui leur évite de voir ce qui les menace.

  •  Un faisceau d’indices

Les signes avant-coureur d’une mise au placard sont nombreux et progressifs :

  • Etre isolé géographiquement du reste de l’équipe
  • Ne plus avoir accès au réseau social interne
  • Perdre la possibilité de se former
  • Ne plus être convié aux réunions
  • Etre dénigré par son boss
  • Ne plus avoir les moyens de travailler
  • Etre privé de ses attributions par son boss

Quand ils convergent, ces signes forment un faisceau d’indices qui doivent être pris au sérieux. Le but poursuivi est en général d’obtenir votre démission. Car le vrai placard, c’est quand l’entreprise n’a plus besoin de vous et vous pousse doucement vers la porte. Cette situation est celle que vivent les seniors dont les entreprises cherchent à se débarrasser

  • Jouer la carte de la concertation

Privés du moteur que constitue la reconnaissance au travail, ceux qui se retrouvent au placard se sentent dévalorisés et se replient sur eux-mêmes. Laisser la situation se dégrader en espérant qu’elle pourra être réglée par une sorte de miracle est illusoire. N’attendez pas l’entretien professionnel, prévu seulement tous les deux ans, pour régler votre problème. L’idéal est de jouer d’abord la carte de la concertation en faisant le point rapidement soit avec son supérieur soit avec la DRH pour obtenir des explications et tenter d’y voir plus clair. « Si rien ne se passe, vous pouvez, estime Christian Gury, conseiller en ressources humaines, alerter la direction générale par écrit et négocier, si besoin, une mutation en interne. »

  • Faire un check-up de sa carrière

Faire le point, c’est aussi profiter de l’occasion pour faire un check-up de sa carrière. À l’image du check-up que l’on fait pour évaluer son état de santé. Cela peut passer par un bilan professionnel, un coaching de carrière ou tout autre moyen connu pour mettre en avant ses atouts, renforcer son pouvoir d’attraction et envisager un virage professionnel. Quand il ronronne dans son emploi, un senior a intérêt à doper son employabilité et restaurer son image professionnelle. Il a tout intérêt à adopter, voire se former à une posture de consultant pour aller chercher des missions à l’intérieur de sa boite ou à l’extérieur quitte à ce que son employeur devienne son premier client. Faire des propositions de mission transversale est un bon moyen d’attirer l’attention. Vos compétences et votre bonne connaissance de l’entreprise et de ses dysfonctionnements peut vous permettre d’en améliorer certains processus. Soyez fiers de ce que vous êtes ! Si le marché de l’emploi ne répond plus à vos aspirations, créez votre propre activité, sans attendre, car le temps joue contre vous. La vie n’attend pas, et se sentir dévalorisé fait vieillir !

  • Avant d’invoquer le harcèlement moral

Si la situation continue à se dégrader, reste l’arme de dissuasion juridique à utiliser avec précaution dans la mesure où elle peut se retourner contre vous. La mise au placard est une notion assez floue qui n’a pas de définition juridique mais elle peut être assimilée à un cas de harcèlement moral dès lors que sont rapportées des preuves suffisantes selon la jurisprudence. Mais avant d’invoquer le harcèlement moral vous pouvez envisager la prise d’acte de la rupture du contrat de travail aux torts de votre employeur en raison de ses agissements constitutifs d’une faute grave. Il s’agira pour vous de lui notifier cette prise d’acte par courrier recommandé avec accusé de réception. Soyez cependant conscient que vous risquez vous-même de faire face à des tentatives de construction d’une faute grave et que le chemin qui conduit à un départ négocié avec de bonnes conditions peut être long et semé de mines.

 

Gilles Noblet

www.passagedecap.com

 

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas le partager 😉