Monkey tie Coaching - Catherine Biaudet

Proposé par

Comment tordre le cou aux croyances limitantes ? Issu de « Les Quatre Accords toltèques, la voie de la liberté personnelle » de Miguel Ruiz, « quoi qu’il arrive n’en faites jamais une affaire personnelle » est un des 4 accords à passer avec soi. Dans quel but ? Tordre le cou à nos croyances limitantes qui nous briment, nous aveuglent, nous retiennent prisonniers …

Il y a ces croyances sur nous-mêmes (si je me montre tel(le) que je suis, personne ne pourra m’aimer … De toute façon, je n’y arriverai jamais…), sur autrui (tous les …. sont des incapables), sur le monde et la vie (les enfants ? : petits, petits soucis ; grands, grands soucis…, le bonheur n’existe pas…) qui font partie de nos pensées automatiques et s’expriment par nos mots… et puis, il y a ce vent de liberté de pensées donc d’actions, qui nous émancipe et nous fait voir et vivre plus large.

Et si nous sciions les barreaux de notre prison ?

Par manque de recul, par généralisation abusive, distorsion, nous nourrissons ces croyances limitantes et invalidantes qui nous séquestrent sans ménagement, durablement et nous éloignent de cette meilleure version de nous-même à laquelle nous aspirons.

Seriez-vous le centre du monde ?

Donc, « quoi qu’il arrive, n’en faites jamais une affaire personnelle », faites-vous ce cadeau… car, en quoi est-ce bon pour vous de toujours tout prendre pour vous, de vous remettre en question à tout instant ? D’ailleurs, seriez-vous le centre du monde pour que toutes les paroles, tous les regards convergent immanquablement sur vous ?

L’autre est responsable de ses paroles. En devenant responsable de ce que vous en faites, vous vous accordez des moments supplémentaires de bien-être, loin de la colère, la peur, la tristesse ou l’agressivité génératrices d’un stress négatif inapproprié.

Il est responsable de ses paroles ; il ne l’est pas de vos émotions et vos actes : vous l’êtes.

Prenez du recul

A toute parole perçue, à tout évènement difficile, prenez un temps de réflexion. D’ailleurs, de qui proviennent ces paroles ? Sont-elles formulées par une personne importante et crédible à vos yeux ?   Ce que vous venez d’entendre est-il justifié ?

Vous venez d’entendre l’autre, et si vous vous mettiez à l’écoute de vous-même ?

A l’écoute de vos sensations internes : comment vous sentez-vous avant, pendant et après l’évènement ? Soyez attentif(ve) aux mots/maux de votre corps, ce corps, fidèle allié,  qui vous parle de vous sans détour et avec tant de justesse.

A tout prendre pour vous, vous ne prenez finalement rien…

C’est un fait, vous agissez en réceptacle de ce qui ne vous est pas adressé.

Alors, faisons un bilan : comment vous situez-vous par rapport aux félicitations, compliments, propositions, intérêt, invitations,  gentillesse, regards spécialement dirigés vers vous ?

  • Savez-vous vraiment recevoir ce qui vous est gracieusement, sans ambiguïté, et tout simplement destiné ? Savez-vous recevoir ? Savoir recevoir… et vous en réjouir ?

A « tout prendre pour vous », ne prendriez-vous finalement rien, solidement ficelé par vos auto-limitations ?

Soyez indulgent avec vous-même, croyez-en vous, trouvez ce qui est juste pour vous maintenant, souhaitez le meilleur pour vous, par vous… petit à petit, vous gagnerez en flexibilité mentale et ainsi, quoi qu’il arrive, et pour votre mieux-être, vous n’en ferez plus. 

 

 

Catherine Biaudet 

http://catherinebiaudet1.wixsite.com/coaching-relaxation

 

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas le partager 😉