Proposé par

PROPULSÉ DIRECTEUR – Vous venez de prendre la direction d’une équipe, les enjeux sont de taille et il vous faut asseoir rapidement votre leadership. De ce point de vue, les premiers temps forts de l’intégration sont stratégiques. Rassurer sur sa légitimité, créer la confiance et emporter l’adhésion constitue une étape autant difficile qu’immanquable pour un nouveau Directeur.

Vous pouvez sécuriser cette évolution et passer le cap avec brio…

Révéler son potentiel de leader

Étude d’un cas concret :

Mickael, 42 ans, est depuis 12 ans juriste dans la même banque. Il est reconnu pour sa grande maîtrise technique et encadre une équipe de 3 personnes depuis 3 ans. Suite au départ précipité de son n+1, le Directeur Juridique France, Mickael se voit proposer de le remplacer, ce qu’il refuse dans un premier temps. Il redoute de reprendre l’équipe de 38 personnes, se sent mal à l’aise du fait que certains sont d’anciens collègues dont un convoitait très probablement le poste. Il craint de ne pas savoir quelle attitude adopter vis-à-vis d’eux et de ne pas parvenir à se faire respecter en tant que Directeur. Il veut absolument éviter les rapports de force qu’il redoute et pour lesquels il ne se sent pas armé. Il doute de ses compétences managériales et de son leadership. De plus, il ne se sent pas « au niveau » des autres membres du comité de direction. Il lui semble que la « culture CODIR » impose d’avoir un avis sur tout et de parler plus et plus fort que les autres, ce qui ne correspond pas à sa personnalité humble et posée…

Le DG et le DRH sont ennuyés car il leur faut quelqu’un d’opérationnel très rapidement et Mickael a les compétences techniques clés pour relever le défi. Ce qu’on lui proposent c’est donc des séances de coaching, plus précisément du coaching individuel pour une période de 10 mois pour l’aider à renforcer sa confiance en soi, asseoir sa posture de Directeur au sein du Comité de Direction, se positionner avec aisance, aplomb et impact, renforcer son leadership, gagner en recul et sérénité au quotidien et développer ses compétences managériales.

Quel résultat au bout de 10 mois ?

10 mois plus tard Mickael a fédéré son équipe autour de lui et sa crédibilité ne fait aucun doute pour ses pairs. C’était il y a 4 ans. Aujourd’hui Mickael est Directeur Juridique International, et est heureux d’être identifié comme cadre dirigeant à potentiel dans le groupe.

Le point de vue du coach :

Motivation & Confiance de la hiérarchie

Le changement est proportionnel à l’envie de changer. Si une personne rechigne à évoluer du fait d’un manque de confiance en soi, il faut savoir que cela se travaille et très bien ! En revanche, si elle résiste du fait d’un manque d’attrait pour la fonction, parce que fondamentalement cela ne correspond pas à son projet professionnel et qu’elle ne souhaite pas prendre de telles responsabilités, il est inutile d’insister, on ne peut pas développer de façon importante et durable la motivation de quelqu’un pour quelque chose.

L’envie amène l’energie impulsant le changement, mais elle ne suffit pas pour changer. L’état d’esprit de la hiérarchie est un élément important : le n+1 du coaché doit exprimer sa confiance en la réussite de son collaborateur. Idéalement, le n+1 doit se montrer disponible et accompagner son collaborateur durant sa phase d’intégration. L’erreur serait qu’il voit dans le coaching l’opportunité de se délester de ses responsabilités de manager. Au contraire, le n+1 devrait s’attacher à exprimer clairement ses attentes vis-à-vis du coaché, et ne pas compter sur le coach pour passer des messages.

Attention: Pensez également à ne pas mettre au défi le Dirigeant nouvellement promu, à ne pas « lui mettre la pression »… Cela crée un climat anxiogène et ne mène qu’à une perte de confiance en soi plus grande encore pour le nouveau Directeur, l’amputant presqu’à coup sûr de ses chances de succès…

Conclusion : L’accompagnement des managers dans le développement de leur leadership

Sentiment de légitimité, confiance en soi et leadership se développent profondément, durablement et spectaculairement, à condition pour le coaché d’en avoir envie, que son n+1 soit clair sur ses attentes et qu’il exprime sa confiance en son collaborateur, en son coach et en la démarche de coaching.

 

Stéphanie ROELS

elysee-coaching.fr

 

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas le partager 😉