Quelles qu’en soient leurs natures, les réflexions blessantes ont toujours plus d’impact quand elles touchent à vos points faibles.

Elles peuvent être verbales : votre interlocuteur emploie un ton condescendant en insistant (lourdement) sur certains mots. Ou non verbales: votre interlocuteur lève les yeux au ciel (signifiant : « Il n’y a rien à en tirer de Bidule »), hausse les épaules ou soupire en prenant les autres à témoin.

Ainsi, devant ce type de situations, on craint souvent de mal interpréter le message et de passer pour un parano. Ou de réagir de façon excessive et de passer pour quelqu’un d’hystérique. Du coup, on laisse filer tout en gardant le tout dans un coin de la tête. Comment répondre ?

En cas de réflexions directes

En cas d’attaque claire, nette et directe (pour vous et les autres), la première chose à faire consiste à dire à l’autre ce que l’on ressent. Par exemple : « Je me sens blessée par vos réflexions (votre attitude). Que voulez-vous dire exactement ? ». Généralement, l’autre s’en sortira par une pirouette (il plaisantait ou est hypocrite) ou bien il confirme la déclaration de guerre.

S’il « plaisante », ne le laissez pas s’en tirer aussi facilement et répétez lui ce que vous ressentez : « Pour vous, c’est peut-être une plaisanterie mais pour moi… » Dans la majorité des cas, cela devrait suffire.

En cas de réflexions indirectes

En cas d’attaque ambiguë, sous-entendue et indirecte du type : « J’ai l’impression que ça n’avance pas bien vite, non ! », autrement dit, « Vous n’en faites pas une. ». La première chose à faire sera de prêcher le faux pour obtenir la vérité : « Vous voulez dire que je ne travaille pas assez » ou « …que je ne maîtrise pas la situation », etc. Résultat, soit votre interlocuteur vous fera une véritable critique (constructive), soit confirmera son hostilité.

Sachez que l’on ne répond pas immédiatement à ce type de remarque puisque personne ne s’attend à une telle réponse et celle-ci se sentira prise de court.

 

N’oubliez pas qu’il n’est jamais trop tard ! En fait, il ne faut jamais rien laisser passer qui pourrait dévaloriser la confiance ou l’image que l’on a de soi. Sinon, il y a de fortes chances pour que ce type de réflexions se reproduisent à nouveau. Il faut toujours garder en tête que chacun a le droit au respect.