Monkey tie Coaching - Léticia GRANGER

Proposé par

 » Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire  » Walt Disney

La méthode Walt Disney, modélisée par Robert B. Dilts dans Stratégies of Genius, favorise la créativité et l’élaboration de stratégies, en s’appuyant sur un jeu de rôles. L’objectif étant de pouvoir envisager votre problématique de différents points de vue afin de concrétiser une vision ou un objectif.

C’est donc en passant successivement dans la peau du RÊVEUR, du REALISTE et du CRITIQUE, que vous pourrez libérer votre créativité.

Sachant que chacun des trois à besoin des deux autres pour arriver à concrétiser vos projets, essayez le plus possible de les aider à cohabiter 😉

Commençons à explorer chacun des trois rôles. Pour se faire, vous pouvez changer de pièce à chaque nouveau rôle, comme le faisait Walt Disney, ou changer plus simplement de chaise par exemple.

LE RÊVEUR, visionnaire créatif

Rappelez-vous que c’est votre capacité à visualiser et à ressentir qui fait de vous un créatif. Le rêveur choisira donc de travailler dans un environnement inspirant et construit sa vision à partir d’images, de sons, d’odeurs, de sensations.

Quand vous endossez le rôle de rêveur, installez-vous donc dans une pièce qui vous inspire pour vous intéresser au QUOI.

Fermez les yeux, pensez  votre projet, et laissez venir à vous TOUTES les images qui vont et viennent. A ce stade, pas besoin de réfléchir ou d’être réaliste. Osez explorer la fantaisie.

Puis répondez aux questions suivantes :

– Quel est l’objectif de ce projet ? Dans quel but  ?
– En quoi me motive-t’il ? Qu’est-ce qu’il m’apportera d’important ? Et quoi encore ?
– Une fois abouti, que m’apportera-t’il d’important ? Et quoi de plus important encore ?
– Avec ma baguette magique, puisque tout est possible, qu’est-ce que je peux mettre en place pour y parvenir ?
– Quand pourais-je l’atteindre ?
– En développant ce projet, qui je veux être ?

LE REALISTE, rationnel

Quand vous êtes dans la peau du réaliste, vous vous intéressez au COMMENT. Le réaliste développe un plan d’action concret à partir d’un point de vue pratique.

Comme si vous y étiez, imprégnez-vous de nouveau de votre projet imaginé par le RÊVEUR qui est en vous. Désormais, vous entrez dans la peau du REALISTE, et répondez, sans censure, aux questions suivantes :

  • Que dois-je faire pour le mettre en œuvre ? Comment ?
  • A quoi je verrais, saurais, que mon but est atteint ?
  • Comment et qui testera les critères de réussite ?
  • Sur quoi (ressources internes et externes) et sur qui puis-je m’appuyer ?
  • En quoi les étapes définies sont-elles nécessaires ? Où et quand auront-elles lieu ?
  • Quels obstacles je risque de rencontrer ?
  • Comment les dépasser ?

LE CRITIQUE, pessimiste

Votre côté CRITIQUE vous amène maintenant à vous demander POURQUOI. Le but étant, via la critique constructive et positive, d’identifier les sources d’erreurs possibles.

Maintenant que vous avez rêvez puis agencé votre projet, il est temps de le critiquer et de le corriger. C’est ainsi que vous pourrez améliorer votre projet avec une vision pour demain. C’est pourquoi, vous allez soumettre chacune de vos solutions (stratégies) à une observation globale et spécifique, en répondant aux questions suivantes :

  • Quels sont les avantages ?
  • Quels sont les inconvénients, les coûts ?
  • Pourquoi quelqu’un s’opposerait-t’il à cette idée ?
  • Qui cette idée va-t’elle influencer ?
  • Qu’est-ce qui ne dépend pas de moi ?
  • Qu’est-ce qui pourrait l’améliorer ?
  • Quels éléments positifs je souhaite garder de mes façons de faire habituelles ?
  • Comment puis-je conserver ces éléments, en mettant en place cette nouvelle idée ?

Pour optimiser les bénéfices de la méthode, je vous suggère, à l’image de Walt Disney, d’endosser dans un premier temps le rôle du rêveur, et uniquement celui du rêveur. Puis celui du réaliste, et enfin du critique. Revenez sur chacun des rôles (dans cet ordre) autant de fois que vous le souhaiterez.

Si vous aimé cet article, n’hésitez pas à le partager 😉